Archive for Trait de côte

L’île au milieu de nulle-part ?

Carte du maximum d'amplitude du tsunami choisi pour exercices de crise dans l'Océan Indien

Simulation de tsunami

Les 4 et 5 septembre derniers, les autorités insulaires de l’Océan Indien, conscientes des dangers qui guettent leurs rivages, ont entrainé leurs populations dans un vaste exercice d’alerte au tsunami. C’était l’IOWave 18.

Toutes ? Non. La Réunion n’en avait peut-être pas les moyens ou bien sa population est déjà suffisamment consciente des dangers de l’océan qui l’entoure.

Bref, chez nous, l’exercice a donné lieu à quelques réunions des services publics. Il semble même n’avoir pas été évoqué par la presse régionale. Heureusement, vous pouvez consulter un site Web dédié qui vous conseillera, si vous tombez là par hasard, de  « rassembler au préalable, les équipements de première nécessité (lampe de poche, radio portative, eau potable, nourriture, médicaments, couvertures….). [sic] »

Au-delà de tout ce qui peut nous arriver de fâcheux à terre (cyclone, volcan, tsunami, etc.), certains risques ne requièrent apparemment pas notre vigilance. Qu’il s’agisse des attaques de requin bouledogue ou d’une collision entre deux des très nombreux navires qui croisent au large, aura-t-on droit un jour à une véritable communication et à l’organisation d’exercices ?

À qui appartient la plage à la Réunion ?

À l’Hermitage, la plage disparaît et le tonnerre gronde.

Après des années de laxisme, des investissements ont eu lieu (rondavelles, barrières et plots de défens, toilettes, poubelles, parkings vélos, etc.) mais le contrôle de certains occupants reste lâche et la concurrence acharnée : c’est souvent à qui clôturera le plus de place au plus près de la mer. À ce jeu-là, point de gagnant ; la mer a toujours le dernier mot.

Le droit du Sol sur le littoral réunionnais semble plus complexe que partout ailleurs en France si on en croit ce mémoire de droit public datant de 2012 et disponible sur le Net. En résumé, le terrain qui appartenait à l’État et ne pouvait pas être cédé… a quand même été partiellement confié, vendu, laissé, à une époque antérieure au cadastre de l’île. Pour ne rien arranger, une voie ferrée y a été exploitée puis retirée et le trait de côte bouge.

Tout ça ne démoralise pas le collectif Rend a nou la plage qui a déjà interpellé nos élus et qui produit en continu un superbe travail d’information pour que la plage retrouve sa vocation de zone de loisirs pour tous.

Si la destruction de plages ou la pollution de ravines vous révolte, si vous pensez qu’une route, une digue ou une carrière est inadaptée, si vous êtes témoin d’une pollution (unique ou régulière), Surfrider Europe propose de vous accompagner dans la protection de votre environnement ; ce programme s’appelle Gardiens de la Côte. Il est ouvert à tous, adhérents, sympathisants (ou pas)… Il ressemble à ce que fait, de son côté, le collectif Rend a nou la plage mais pas non plus en un claquement de doigts : accrochez-vous, il vous faudra autant de volonté pour en exploiter totalement tous les outils (lobbying, actions médiatiques ou en justice, etc.). L’inscription se fait directement sur le site ou auprès de l’antenne régionale.

Dimanche, 15h, grande chaîne humaine pour la réserve marine

Elle serait mal gérée, il y aurait des conflits d’intérêt, elle n’aurait pas su s’adapter à la recrudescence d’attaques de requins… N’en déplaise aux pilleurs de lagons, cette réserve est un outil indispensable pour comprendre et protéger la côte Ouest. Un des trop rares outils locaux.
Sans réserve, dans quelques années c’est la fin de la barrière, de la pêche côtière, de la chasse sous-marine, du surf et du tourisme.
Pour aider la réserve à faire plus, il faudrait lui donner plus de moyens et des prérogatives étendues. Tout l’inverse de ce qui a été décidé.
La Région aurait l’intention de saborder tout ça ? Espérons que nos élus cherchent juste à savoir ce que nous en pensons. Le meilleur moyen pour le leur dire, c’est de rejoindre la grande chaine humaine prévue dimanche, 15h, à l’Hermitage !

Où va le sable de nos plages ?

Illustration de la conférence sur les plages coralliennes à la RéunionC’est ce soir, mardi 21 juillet 2017 !

 

Mme Myriam Mahabot et M. Roland Troadec
donnent une conférence intitulée :

Érosion des plages coralliennes
Quel est l’état des plages à la Réunion ?

Si le sujet vous intéresse et que vous pouvez vous rendre sur St-Denis, en salle Canter à l’université de La Réunion, profitez-en : c’est gratuit.

Voici un plan du campus,

où figure un théâtre Canter (la salle grise la plus à gauche) :

%d blogueurs aiment cette page :