Archive for Lobbying

Transport maritime et Climat : au-delà de l’importante émission de GES

Fin de la première étape de #VFTO (Voice For The Ocean)

#VFTO, si vous avez suivi, c’est une consultation des Européens lancée par quelques associations de la plateforme Océan-Climat pour mettre en lumière les attentes des électeurs aux prochaines élections sur ce thème croisé.

La première partie, la consultation, est maintenant close mais si vous n’y avez pas participé, vous serez peut-être quand même intéressé par la suite. Surfrider Europe vient de publier cette mise à jour :

UN GRAND MERCI
Ensemble, nous avons réussi à recueillir des milliers de réponses, 7000 pour être précis ! Un grand merci à tous pour avoir répondu, diffusé et parlé de Voice for the Ocean autours de vous ces 8 derniers mois.
Issus de 22 pays de l’Union Européenne, ce sont 7000 citoyens qui ont rejoint la mobilisation #VFTO et qui se sont exprimés en faveur d’une politique plus ambitieuse pour le prochain mandat du Parlement européen. Un signal fort envoyé à nos décideurs !

Prochaines étapes :

1- Analyse des résultats de la consultation
Mars 2019 – Il est temps pour nous d’étudier l’ensemble des réponses exprimées par les citoyens européens, de les compiler dans un rapport et d’en faire une restitution graphique. Le site de Voice for the Ocean sera donc actualisé dès le mois de mars, l’infographie et le rapport y seront accessibles.

2. « Fact checking » des politiques européennes Océan depuis 2014
Mars 2019 – Nous travaillons actuellement sur un état des lieux des politiques européennes en matière d’Océan. Ce rapport – co-écrit avec l’organisation Seas at Risk – soulignera les progrès et les lacunes qui existent dans l’arsenal législatif de la protection de l’océan en Europe. Il sera disponible en mars, sur le site de Voice for the Ocean.
*Ces deux rapports (l’analyse des résultats de VFTO et le rapport « Fact checking ») seront également envoyés aux partis politiques se présentant aux élections européennes de mai 2019. Nous porterons la voix des citoyens en les incitant à introduire dans leurs programmes des mesures concrètes issues des résultats de VFTO.

3. Tour d’horizon des ambitions pour les européennes
Avril 2019 – A la lecture d’une grille de critères objectifs, nous étudierons les programmes des partis candidats. Si les partis remplissent ces critères, nous leur attribueront l’étiquette « Ocean Friendly ». Ce référentiel nous permettra de rester impartiaux dans notre analyse. En avril, nous mettrons en ligne sur le site de Voice for the Ocean une carte de l’Europe identifiant les partis engagés en faveur de l’océan.
*Le but de Voice est aussi de rappeler les enjeux de citoyenneté européennes, toute la communication de ces étapes sera ponctuée de message allant dans ce sens : l’Europe ce n’est pas qu’à Bruxelles, n’oubliez pas d’aller voter.

À qui appartient la plage à la Réunion ?

À l’Hermitage, la plage disparaît et le tonnerre gronde.

Après des années de laxisme, des investissements ont eu lieu (rondavelles, barrières et plots de défens, toilettes, poubelles, parkings vélos, etc.) mais le contrôle de certains occupants reste lâche et la concurrence acharnée : c’est souvent à qui clôturera le plus de place au plus près de la mer. À ce jeu-là, point de gagnant ; la mer a toujours le dernier mot.

Le droit du Sol sur le littoral réunionnais semble plus complexe que partout ailleurs en France si on en croit ce mémoire de droit public datant de 2012 et disponible sur le Net. En résumé, le terrain qui appartenait à l’État et ne pouvait pas être cédé… a quand même été partiellement confié, vendu, laissé, à une époque antérieure au cadastre de l’île. Pour ne rien arranger, une voie ferrée y a été exploitée puis retirée et le trait de côte bouge.

Tout ça ne démoralise pas le collectif Rend a nou la plage qui a déjà interpellé nos élus et qui produit en continu un superbe travail d’information pour que la plage retrouve sa vocation de zone de loisirs pour tous.

Si la destruction de plages ou la pollution de ravines vous révolte, si vous pensez qu’une route, une digue ou une carrière est inadaptée, si vous êtes témoin d’une pollution (unique ou régulière), Surfrider Europe propose de vous accompagner dans la protection de votre environnement ; ce programme s’appelle Gardiens de la Côte. Il est ouvert à tous, adhérents, sympathisants (ou pas)… Il ressemble à ce que fait, de son côté, le collectif Rend a nou la plage mais pas non plus en un claquement de doigts : accrochez-vous, il vous faudra autant de volonté pour en exploiter totalement tous les outils (lobbying, actions médiatiques ou en justice, etc.). L’inscription se fait directement sur le site ou auprès de l’antenne régionale.

Les lobbies pro-nature pèsent peu ? Ils pèseront bientôt encore moins

Qui a rencontré la Commission européenne à huit [sic] clos durant ses 597 réunions sur le TTIP (TAFTA) ? 88% de lobbies industriels et 9% de groupes d'intérêts publics !

Qui a l’oreille de Bruxelles ?

Votre petite asso Surfrider Foundation Europe vous permet d’agir localement. Elle vous représente aussi auprès des plus hautes instances. C’est notamment le travail d’Antidia Citores, que vous pouvez suivre sur Twitter.

Mais seul, on n’est pas grand chose. Surfrider fait donc aussi partie de la fédération française des association de protection de la Nature et de l’Environnement, France Nature Environnement (FNE).

Récemment, vous avez peut-être lu le constat de Sophie Chapelle sur Bastamag au sujet du TAFTA : « la Commission européenne passe 90% de son temps avec les lobbys industriels ». Et dans les 9% accordés aux groupes d’intérêts publics, il n’y a pas que la Nature.

Eh bien ce n’est pas prêt de s’arranger !

FNE a le regret de vous annoncer que le gouvernement français souhaite retirer aux associations FNE et FNH (Fondation pour la Nature et l’Homme), leurs sièges au Comité Économique et Social Européen (CESE).

La meilleure solution pour y remédier, c’est de donner encore plus de poids et de moyens aux associations dont vous aimez le travail et dont vous estimez qu’elles vous représentent utilement. Faites le tour des articles que vous avez partagés et des pétitions que vous avez signées. Qui en est à l’origine ? Qui vous a informé ? Et vous, que faites-vous pour eux ?

%d blogueurs aiment cette page :