Archive for Acteurs

La journée sans paille — pourquoi et comment, à St-Pierre ce soir

Ce soir, à l’heure du cocktail, Nature&Péi et ZéroDéchet [sic] vous proposent de fêter avec eux la très pompeuse et néanmoins utile Journée internationale sans pailles dans les verres.

Rappelons que la paille est très pratique pour boire dans un verre plein de glaçons ou de salade, ou pour boire sans perdre son rouge-à-lèvres. Pour autant, rien n’impose à la paille sa matière pétrosourcée, ni sa faible durée de vie : il en existe de très confortables en carton, en bois, en bambou et en métal, lavables et parfois réutilisables à l’infini comme tous les autres couverts.

La paille perdue (c’est à dire à usage unique) en plastique, fait partie des 10 déchets le plus souvent retrouvés sur les côtes d’Europe. Sur des plages comme les Roches noires, à proximité de bars et boîtes, la paille et sa consœur touillette disputent même la première place sur ce podium au pléthorique mégot.

Il est urgent de s’en rendre compte et de passer à l’action. Venez donc partager ce soir vos solutions les plus pratiques et les plus loufoques pour un monde sans paille dans la gueule des tortues marines [pas de photo, pas de vidéo : on les a déjà tous en tête].

À qui appartient la plage à la Réunion ?

À l’Hermitage, la plage disparaît et le tonnerre gronde.

Après des années de laxisme, des investissements ont eu lieu (rondavelles, barrières et plots de défens, toilettes, poubelles, parkings vélos, etc.) mais le contrôle de certains occupants reste lâche et la concurrence acharnée : c’est souvent à qui clôturera le plus de place au plus près de la mer. À ce jeu-là, point de gagnant ; la mer a toujours le dernier mot.

Le droit du Sol sur le littoral réunionnais semble plus complexe que partout ailleurs en France si on en croit ce mémoire de droit public datant de 2012 et disponible sur le Net. En résumé, le terrain qui appartenait à l’État et ne pouvait pas être cédé… a quand même été partiellement confié, vendu, laissé, à une époque antérieure au cadastre de l’île. Pour ne rien arranger, une voie ferrée y a été exploitée puis retirée et le trait de côte bouge.

Tout ça ne démoralise pas le collectif Rend a nou la plage qui a déjà interpellé nos élus et qui produit en continu un superbe travail d’information pour que la plage retrouve sa vocation de zone de loisirs pour tous.

Si la destruction de plages ou la pollution de ravines vous révolte, si vous pensez qu’une route, une digue ou une carrière est inadaptée, si vous êtes témoin d’une pollution (unique ou régulière), Surfrider Europe propose de vous accompagner dans la protection de votre environnement ; ce programme s’appelle Gardiens de la Côte. Il est ouvert à tous, adhérents, sympathisants (ou pas)… Il ressemble à ce que fait, de son côté, le collectif Rend a nou la plage mais pas non plus en un claquement de doigts : accrochez-vous, il vous faudra autant de volonté pour en exploiter totalement tous les outils (lobbying, actions médiatiques ou en justice, etc.). L’inscription se fait directement sur le site ou auprès de l’antenne régionale.

Permanence de juin

Comme tous les mois, vous pourrez nous retrouver le premier dimanche — le 4 juin donc —
mais, à la demande générale, le lieux et l’heure de rendez-vous ont été modifiés :
nous serons sur la plage de Trou d’Eau de 16h à 18h pour échanger et vous présenter l’antenne locale et les outils de Surfrider Foundation Europe.

À demain.

Surfrider (Biarritz) cherche un animateur en service civique

Logo de l'association Surfrider Foundation Europe

Pour être volontaire du service civique, il faut avoir entre 16 et 25 ans ; vous trouverez toutes les informations sur cette page.

Surfrider a besoin de vous pour une mission en lien avec les initiatives océanes, locales (Sud-Ouest) et internationales (toute l’Europe). Pour ce poste, toutes les informations sont sur cette page-ci.

%d blogueurs aiment cette page :