Archive for Pollution

Le retour des iO par marque

Surfrider Europe est membre actif du mouvement Break Free From Plastic, un groupement mondial d’ONG coordonnant leurs efforts pour optimiser leur impact et mettre fin à la pollution par le plastique.

Le savoir-faire de Surfrider désigne l’association pour prendre part à une initiative commune d’audit par marque. Obtenir des résultats significatifs, ça ne se fera pas sans vous ! 

De quoi s’agit-il ?

L’objet de cette initiative est de mobiliser tout autour du Monde pour identifier les marques présentes lors des ramassages sur les plages, dans les parcs, les rues et au-delà. L’année dernière, les données collectées lors des iO ont permis de mettre en évidence les pollueurs les plus représentés : en l’occurrence, Coca Cola, Nestlé, etc.

L’objectif, avec cette initiative, est de mesurer précisément qui est responsable des déchets en plastique trouvés dans la Nature pour, ensuite, rendre compte à ces entreprises et leur demander d’évoluer.

Surfrider Europe mobilise et encourage tous les organisateurs d’iO entre le 19 et le 22 septembre à se joindre exceptionnellement à cette initiative.

Êtes-vous des nôtres ?

Vous pouvez organiser ou rejoindre une initiative océane et suivre ce protocole :

– Enregistrez-vous comme d’habitude sur le site des initiatives océanes

– … mais cette fois-ci, au lieu de remplir une des trois feuilles de comptage traditionnelles, nous vous invitons à retourner à cette adresse oceaninitiatives@surfrider.eu les informations suivantes :

o Date et heure du ramassage

o Ville

o Pays

o Nom et prénom de l’organisateur

o Nombre de participants

o Type de ramassage : océan, lac, rivière ou ville

o Longueur du parcours

o Nombre de sacs

Marque du déchetDescription du déchet :
bouteille, brosse-à-dents, emballage, etc.
Est-il recyclable localement ? Nombre total
    
    
    
    

Pour toute question, n’hésitez pas à nous contacter

Merci beaucoup pour votre aide précieuse !

Mollo sur les mégots

4187 mégots ramassés samedi dernier à Saint Leu !  C’est une belle mais révoltante récolte pour les courageux ramasseurs de Cetanou.com et Surfrider La Réunion. 

Révoltante car si l’on considère qu’un mégot (et ses 400 substances toxiques) pollue autour de 500 litres d’eau, le volume d’eau menacé est gigantesque, alors que le geste de jeter son mégot au sol est si ridicule… 

4187 X 500 = 2 093 500 litres ! 

Grâce au ramassage, ces 4187 mégots n’iront pas polluer notre lagon. Malheureusement, le ramassage n’a concerné que 100 des 600 mètres que compte le joli Front de Mer de Saint-Leu.

Il reste donc, à la louche, 21 000 mégots capables de polluer 10 500 000 litres de mer…

Alors ? Qu’est-ce qu’on fait ?

Les Parisiens ont lancé le dispositif « Des Rues sans Mégots » : Dans chaque arrondissement, mairie et associations vont déployer un dispositif comprenant

  • Sensibilisation
  • Corbeilles et cendriers.
  • Amendes

Encore une nouvelle tête

Diane Beaumenay-Joannet, chargée de mission à Surfrider

Diane n’est pas nouvelle à Surfrider mais vous la voyez (très) rarement à la Réunion car elle est lobbyiste à Paris et Bruxelles pour les océans et ceux qui en jouissent.

Les petits gestes, ceux que tout le monde veut vous voir adopter (économies de pétrole, réduction des déchets, faire pipi sous la douche pour économiser une chasse d’eau, etc.) sont utiles deux fois. Il changent le monde autour de vous, bien-sûr, mais ils servent aussi aux salariés de Surfrider pour entraîner les politiques et les industriels vers des pratiques moins polluantes.

En deux minutes de vidéo, révisez vos chiffres sur la pollution plastique… et votre point de vue sur les méchants lobbyistes en cravate trop serrée.

« On a vingt ans pour changer le Monde »

L’École du Jardin Planétaire projette demain, mercredi 15 mai à l’Espas à St-Paul le film énergique et engageant d’Hélène Medigue.
Le propos principal, la mort des sols cultivés (et le mouvement de restauration), est indirectement lié à nos thèmes de prédilection…
mais c’est une bonne occasion de vous présenter cette association :
sous forme d’université populaire, l’École du Jardin Planétaire invite tout le monde à partager savoirs et connaissances et à mettre la main à la pâte.
Parmi les nombreuses formations théoriques et pratiques disponibles gratuitement au catalogue de l’École, celle qui intéressera sans doute le plus nos lecteurs, est l’atelier de requalification des plages de ponte de tortues marines, en partenariat avec le Centre d’Études et Découverte des Tortues Marines.
Il reste quelques places pour le film ; le reste du programme de l’École est visible ici. Bonne lecture !