Archive for Pêche

C’est assez !

Si vous en avez entendu parler, ça vous a surement marqué : à côté du massacre annuel dans les îles Féroé, de nombreux cétacés échouent chaque année sur les côtes françaises. Les échouages recensés sont de plus en plus nombreux ; on en connaît les causes ; on sait aussi que les dauphins retrouvés ne représentent qu’une petite partie des victimes.

Depuis le mois de janvier, Sea Shepherd France mène campagne contre les organismes de pêche pour les pousser à prendre leurs responsabilités, voire changer certaines pratiques.
La Question du jour (sur France Culture) fait le tour du sujet en six minutes.
Comme les dauphins sont kawaii, vous trouverez surement de nombreuses informations dans les principaux médias.

À la Réunion, les échouages sont beaucoup plus discrets — sauf peut-être ceux des baleineaux. Il faut dire qu’ils ne concernent que deux ou trois individus chaque année. Chez nous, c’est Globice qui coordonne les interventions en cas d’échouage. C’est l’occasion de rappeler quelques règles à suivre :
ne pas toucher l’animal,
– prévenir la police ou les pompiers,
– contacter Globice, coordinateur local du réseau échouage, au

0692 65 14 71,

– si possible, photographier la scène avec un appareil géolocalisant la prise de vue

Du grabuge chez les Légines

La légine est moche mais elle a le mauvais goût d’être facile à manger. À condition de ne pas avoir à la pêcher et de bien vouloir y mettre le prix.

Pour les écolos, c’est un véritable dilemme : ce poisson est surement protégé des métaux lourds, il doit être très sain mais c’est un carnassier encore méconnu dont les populations fragiles évoluent lentement dans un milieu hostile (à l’Humain).

Sa commercialisation semble assez lucrative. Ça pourrait être une bonne occasion pour développer une filière de métiers, valoriser des savoir-faire ; la Réunion l’a déjà fait (vanille, café, etc.). Au lieu de ça, c’est la guerre entre petits et gros, entre plus-Réunionnais et moins-Réunionnais. Tout ça sur fond de pavillon de complaisance (celui des Taaf), d’entorses au droit du travail (sans doute), de soupçons de tricherie (un jour ?), etc.

Le guide à garder sur soi quand on achète du poisson à la Réunion








Localement, nous pouvons juste alerter, appeler à la curiosité et faire un peu de promo pour le groupe local de GreenPeace, qui a publié et actualise Oukilé Poisson, The guide pour acheter du poisson à la Réunion. Si vous souhaitez des informations sur la légine ou si vous pouvez en partager, contactez-les !

La Réunion-sur-Mer

Affiche de l'exposition La Réunion-sur-Mer, présentant 6 photos sur sa moitié supérieure et les informations en-dessousDepuis lundi dernier, l’exposition la Réunion-sur-Mer est visible devant le débarcadère de St-Paul.

C’est grand, c’est beau, c’est très bien fait ! Même le soir.

Quelques photos rappellent que la Réunion est terre de surf. Ça, c’est bien !
Même si le surf y est interdit. Et risqué.

Je vous laisse admirer le reste : c’est spectaculaire !

Ce que vous n’y trouverez pas, ce sont des images des milliers d’énormes navires qui croisent au large de l’île.
Ce ci n’est pas un reproche aux artistes ou aux commissaires de l’exposition, c’est juste une constatation : la Réunion, caillou planté en travers d’une des voies maritimes les plus fréquentées par les plus gros navires, ignore royalement leur trafic.
Serez-vous prévenus si un supertanker ou un castor (transport de déchets nucléaires) coule près de nos côtes ? Quand bien même, sauriez-vous comment réagir ?

 

Oukilé poisson ?

Hier, le groupe local de Greenpeace France a publié ce petit carnet, clair, bien illustré et qui tient dans la poche ou dans un portefeuille ; très pratique pour aller faire les courses.

Il est le pendant réunionnais du guide « Et ta mer, t’y penses ? ». Vous y trouverez des informations concises sur les poissons vendus à la Réunion, qu’ils soient pêchés autour de l’île ou emballés à l’autre bout du Monde.

Un des points importants relevés dans la presse est la situation critique de certaines espèces commercialisées sour le nom morue. Le petit livret de Greenpeace n’entre pas dans les détails ; d’abord parce que ce n’est pas l’objectif recherché mais aussi parce qu’une information, même consciencieusement détaillée, n’aiderait en rien quand on se retrouve devant des cubes de poisson congelé à l’étiquetage flou. Pour l’instant, à la Réunion, il est donc conseillé de réduire énormément la consommation de morue (cabillaud) sous toutes ses formes.

Pour le reste, en général, les indications de Greenpeace sont : évitez les surgelés, préférez le poisson frais des petites pêcheries réunionnaises et oubliez donc saumons et pangas mais aussi les vivaneaux rouges (même ceux pêchés autour de l’île).

Pour les remercier et les encourager : comme la plupart des associations, ils acceptent les mercis, les coup de main ponctuels et réguliers, les inscriptions sur leurs listes de diffusion et les adhésions. 🙂