Archive for Informations

Zéro monoxyde de carbone Zéro déchets

Un message de Matt Fougeret, le MNS de St-Pierre qui nous a alertés sur l’invasion du littoral de St-Pierre par les bois et plastiques flottés depuis Berguitta. Il prend bientôt la route pour la promotion des activités nautiques traditionnelles, encore un peu de sensibilisation sur les déchets, mais aussi des vacances locales et ti-pa. Voici son invitation :

« Bonjour à tous,
Suite au passage du cyclone Berguitta, quelques dalons et moi avons entrepris un nettoyage des déchets plastique sur la plage de Saint-Pierre et les abords du port et du spot de surf.
Bientôt en vacances moi Matthieu Fougeret je projette d’entreprendre un tour de l’île à vélo sur plusieurs jours et je compte me balader sur les nombreuses plages, les embouchures de rivières et les endroits plus retirés qui font partie du littoral réunionnais .
Mon départ de Saint-Pierre est prévu pour le 16 février pour une durée [indéfinie]. Je ne pourrais sans doute pas tout ramasser sur ma route, mais je compte en retirer une grosse partie. Si des personnes veulent se joindre à moi pour le ramassage ou même une partie de la traversée à vélo elles sont les bienvenues. Des sacs poubelles seraient aussi bienvenus pour un petit coup de pouce.
Merci à vous et rendez-vous sur les différents coins de l’île.
Je vous attends pour rendre hommage à la beauté de l’île qui nous [est confiée].

Matthieu Fougeret »

Pour le rencontrer pendant son périple ou pour en apprendrez plus sur son projet,  rendez-vous sur son évènement Facebook : https://www.facebook.com/events/166989474079805/

La journée sans paille — pourquoi et comment, à St-Pierre ce soir

Ce soir, à l’heure du cocktail, Nature&Péi et ZéroDéchet [sic] vous proposent de fêter avec eux la très pompeuse et néanmoins utile Journée internationale sans pailles dans les verres.

Rappelons que la paille est très pratique pour boire dans un verre plein de glaçons ou de salade, ou pour boire sans perdre son rouge-à-lèvres. Pour autant, rien n’impose à la paille sa matière pétrosourcée, ni sa faible durée de vie : il en existe de très confortables en carton, en bois, en bambou et en métal, lavables et parfois réutilisables à l’infini comme tous les autres couverts.

La paille perdue (c’est à dire à usage unique) en plastique, fait partie des 10 déchets le plus souvent retrouvés sur les côtes d’Europe. Sur des plages comme les Roches noires, à proximité de bars et boîtes, la paille et sa consœur touillette disputent même la première place sur ce podium au pléthorique mégot.

Il est urgent de s’en rendre compte et de passer à l’action. Venez donc partager ce soir vos solutions les plus pratiques et les plus loufoques pour un monde sans paille dans la gueule des tortues marines [pas de photo, pas de vidéo : on les a déjà tous en tête].

À qui appartient la plage à la Réunion ?

À l’Hermitage, la plage disparaît et le tonnerre gronde.

Après des années de laxisme, des investissements ont eu lieu (rondavelles, barrières et plots de défens, toilettes, poubelles, parkings vélos, etc.) mais le contrôle de certains occupants reste lâche et la concurrence acharnée : c’est souvent à qui clôturera le plus de place au plus près de la mer. À ce jeu-là, point de gagnant ; la mer a toujours le dernier mot.

Le droit du Sol sur le littoral réunionnais semble plus complexe que partout ailleurs en France si on en croit ce mémoire de droit public datant de 2012 et disponible sur le Net. En résumé, le terrain qui appartenait à l’État et ne pouvait pas être cédé… a quand même été partiellement confié, vendu, laissé, à une époque antérieure au cadastre de l’île. Pour ne rien arranger, une voie ferrée y a été exploitée puis retirée et le trait de côte bouge.

Tout ça ne démoralise pas le collectif Rend a nou la plage qui a déjà interpellé nos élus et qui produit en continu un superbe travail d’information pour que la plage retrouve sa vocation de zone de loisirs pour tous.

Si la destruction de plages ou la pollution de ravines vous révolte, si vous pensez qu’une route, une digue ou une carrière est inadaptée, si vous êtes témoin d’une pollution (unique ou régulière), Surfrider Europe propose de vous accompagner dans la protection de votre environnement ; ce programme s’appelle Gardiens de la Côte. Il est ouvert à tous, adhérents, sympathisants (ou pas)… Il ressemble à ce que fait, de son côté, le collectif Rend a nou la plage mais pas non plus en un claquement de doigts : accrochez-vous, il vous faudra autant de volonté pour en exploiter totalement tous les outils (lobbying, actions médiatiques ou en justice, etc.). L’inscription se fait directement sur le site ou auprès de l’antenne régionale.

La gourde et le goupillon

Écouvillons (par Wikipédia)Depuis les révélations sur la qualité sanitaire de l’eau des bouteilles en plastique, la gourde est à la mode. Vous trouverez des publicités vous vantant les mérites de tel ou tel modèle ; ils se valent tous à peu près.
Vous trouverez ainsi de très bonnes gourdes en plastique, d’autres tout en métal, parfois avec du bois, des petites, d’immenses, des isothermes…

La meilleure gourde est celle adaptée à votre usage et il peut être pratique d’en utiliser plusieurs. La meilleure gourde est surtout accompagnée d’un goupillon car sans cette brosse, vous ne garderez pas longtemps l’envie de boire au goulot.

Les plus soucieux de leur impact trouveront des écouvillons en bois et crin, par exemple au Comptoir du Vrac à Piton St-Leu. Ils passent à merveille avec la gourde Kleen Kanteen que vous gagnerez peut-être lors de la prochaine initiative océane.

%d blogueurs aiment cette page :