La Nature a horreur du vide

Le vide, c’est effectivement l’absence de réaction de la société après la mort anormale d’un être cher et ce vide risque de se trouver rempli par de la haine, de la colère, de la culpabilité, etc. Mais le vide, c’est aussi la place laissée vacante par les requins tigres et bouledogues qu’on sort de l’eau.

Si ces requins sont sur nos côtes, ce n’est pas seulement pour fuir les lieux où ils avaient leurs habitudes, c’est aussi parce qu’on leur offre, près de nos plages, la place d’autres prédateurs, avec lesquels nous vivions sans heurts. Tuer le nouvel occupant laissera la niche vacante ; elle ne le restera pas longtemps.

L’antenne Surfrider Foundation de la Réunion ne s’est jamais opposée à la capture de quelques requins. Localement, ponctuellement, si un prélèvement intelligent fait partie de la solution, il serait criminel de ne pas l’opérer mais ce qui s’annonce aujourd’hui, c’est un prélèvement désorganisé, guidé par le profit, la gloriole ou la haine. Pas tous, mais vous verrez que de nombreux « chasseurs » vont taper aveuglément sur les requins les plus faciles à attraper alors que rien ne prouve que ce ne sont pas justement les autres, les plus furtifs, qui nous attaquent.

Vous vous souvenez de ces deux femelles, marquées, qui se sont trouvées deux fois dans les environs quelques jours avant les attaques ? Ces femelles ont été capturées et marquées mais ceux qui ont attaqué n’ont jamais pu être approchés. Si on les avait sorties de l’eau à l’époque, on n’aurait jamais pu étudier leurs mouvements… et on n’aurait aucune idée sur les requins plus furtifs qu’elles accompagnaient. Et on n’aurait sauvé aucune vie.

S’il y a bien une surpopulation de requins tigres qui pousse les requins bouledogue à modifier leurs habitudes ou une surpopulation de requins bouledogues qui se rapprochent des côtes, tuer des spécimens, même en grand nombre, n’est pas LA solution. Il faut bien sûr, par endroit, réduire la pression de certains prédateurs mais ce qu’il faut pour pouvoir surfer un jour avec la certitude que le risque requin est de nouveau normal et acceptable, c’est comprendre les causes et les régler. Tout ce qui s’y oppose n’est que poudre aux yeux, retard et mise en danger des pratiquants de la mer.

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :