Est-ce la houle qui emporte nos plages ?

Filaos déchaussé (merci Thierry Peres)

Vous l’avez tous lu dans les journaux ou sur le Web : après les fortes houles de la semaine dernière, une portion de la plage de l’Hermitage a été interdite à cause des risques dus à la perte d’une grande quantité de sable.

Attention aux raccourcis ! Il serait tentant de penser que la houle emporte le sable. C’est un peu plus complexe.

Ce sable, d’où vient-il ? Il vient un peu du fond du lagon ; il vient surtout de la barrière de corail (ceux qui en doutent ou voudraient plus de détail peuvent observer le sable à la binoculaire avec l’équipe du sentier sous-marin de la réserve marine).

Par quel miracle ce sable se retrouve-t-il sur la plage ? Ce n’est pas le vent : le vent de terre souffle du mauvais côté ; le vent de mer aurait bien du mal à faire sortir les grains de sable du fond de l’eau. Ce n’est pas la pluie qui a plutôt tendance, elle, à faire couler notre sable de la plage vers le lagon et l’océan. Il y a un peu de transport latéral : les vaguelettes réussissent à arracher des grains de sable à leur plage pour les accumuler plus loin ; c’est comme ça qu’est née la plage de l’Autre Bord à St-Gilles. Mais la plus grande partie du sable, ce sont les fortes houles qui le déposent sur la plage.

Alors pourquoi est-ce que ça n’a pas fonctionné cette fois-ci ? Peut-être, notre barrière produisant moins de corail, elle produit  moins de matériaux ; peut-être la végétation sur les plages est-elle moins efficace pour retenir les grains de sable ; peut-être les pluies de saison sèche ont-elle conduit trop de sable au large ; etc. Certains mécanismes sont plus complexes : en tassant le sable de haut de plage, on crée parfois une sorte de perré qui renvoie la houle (et le sable) au large.

Bref. Les causes peuvent être très variées et dépendent des conditions locales mais surtout, ne trouvez PAS NATUREL que les fortes houles rognent nos plages !

Comments are closed.

%d blogueurs aiment cette page :